La faune

Abondante et diversifié, la faune du Sentier Internationnal des Appalaches Québec, vous réserve des surprises tout au cours de votre séjour.

Que l'on parle des grands ongulés, des oiseaux, des poissons, etc., la faune du Sentier Internationnal des Appalaches Québec est un atout important pour un site de conservation où l'on cherche à protéger et à mettre en valeur notre patrimoine naturel.

Cliquez pour agrandir cette imageCliquez pour agrandir cette imageCliquez pour agrandir cette imageCliquez pour agrandir cette imageCliquez pour agrandir cette imageCliquez pour agrandir cette image

Les mammifères

Le caribou des bois est sûrement l'attrait faunique majeur du SIA Québec. La présence de caribous au sud du Saint-Laurent est un fait exceptionnel; les quelques deux cents caribous sont les derniers représentants des hardes qui habitaient jadis le Sud du Québec et le Nord des États-Unis.

Cette population a subi plusieurs fluctuations au cours de son histoire. À la création du parc de la Gaspésie en 1937, on comptait environ 1 000 caribous. De nombreux facteurs peuvent être à l'origine d'une baisse de population, telles la prédation, la maladie et les activités humaines.

Afin de donner les meilleures chances possibles au troupeau relique de caribous, nous vous suggérons, lors d'une randonnée en montagne, de rester dans les sentiers pour ne pas les déranger. Le caribou ayant une mauvaise vue, il est donc préférable pour l'observer de ne pas bouger. Animal curieux, le caribou se laissera admirer; ainsi, vous aurez satisfait votre curiosité et la sienne sans avoir dérangé nos hôtes dans leur habitat fragile.

Le Sentier International des Appalaches secteur de la Gaspésie se distingue aussi comme étant le seul endroit au Québec où l'on retrouve nos trois cervidés: le cerf de Virginie, l'orignal et le caribou des bois.

On remarque aussi dans certains secteurs du sentier une concentration peu commune d'orignaux. En effet, on observe la plus forte densité d'orignaux au Québec, soit environ 2 orignaux par km2. Ce nombre important d'orignaux est dû en grande partie à 2 facteurs, soit l'absence de chasse sur le territoire du parc depuis 1937 et une faible prédation chez ce dernier.

Pendant la belle saison (printemps et été), on peut fréquemment observer les orignaux en bordure des plans d'eau au début et en fin de journée. Certains aménagements sont prévus à cette fin, tel l'observatoire du lac Paul.

Il est aussi possible de voir l'ours noir, le coyote, le renard roux, le castor, etc. et une espèce de très petite taille parmi les plus rares et les moins connues au Canada, la musaraigne de Gaspé.

 

 

Les oiseaux

Où que l'on soit, quoi que l'on fasse, on y verra et y entendra toujours des oiseaux. On a relevé dans le Sentier plus de 140 espèces d'oiseaux en raison de la diversité des habitats de ce milieu de montagnes.

Le Pipit commun, le Grive à joues grises et l'Alouette cornue sont les espèces les plus représentatives occupant les hauts sommets. Parmi les oiseaux plus spectaculaires, mentionnons l'Aigle doré, le Canard arlequin, le Tétras du Canada et le Pic à dos noir.


Les amphibiens et les reptiles

Plus discrets, ces petits animaux peuvent être entendus ou vus assez facilement au printemps (pendant la période de reproduction) et au cours des nuits chaudes et pluvieuses de l'été. Le crapaud américain est l'espèce la plus abondante, mais on peut aussi y rencontrer la couleuvre rayée, plusieurs espèces de grenouilles et des salamandres dont la salamandre tachetées.


Les poissons

Une des raisons de la création du parc de la Gaspésie en 1937 était la préservation du Saumon atlantique de la rivière Sainte-Anne. Outre cette espèce, mentionnons la présence de l'omble de fontaine (truite mouchetée), du touladis (truite grise) et de l'ombre chevalier (truite rouge). Cette dernière espèce est particulière, car les quelques individus présents dans certains lacs bordant le Sentier des Appalaches sont les vestiges d'une population datant de la fin de la dernière glaciation.